Littérature jeunesse : Dans le camp des assassins, Marie-Claude Bérot, Flammarion [Tribal], 2013

par Orbe  -  14 Février 2013, 16:31  -  #Société

Dans le camp des assassins par Marie-Claude Bérot

Clémence apprend soudainement que son père a tué un homme. Il va rester de nombreuses années en prison. Si elle vit depuis longtemps avec sa grand-mère qui l'élève, la figure de son père, en dépit de ses nombreuses absences, reste un pilier de sa vie. Aujourd'hui tout s'écroule et les relations avec ses proches se fissurent. Va-t-elle se laisser elle aussi emporter par la violence? Est ce héréditaire? Est-elle elle aussi coupable? Faut-il confier ce secret à son entourage ou au contraire se taire? Nous suivons l'héroïne dans ses réflexions et dans ses rencontres qui vont l'amener, peu à peu, à évoluer...

 

Le thème de la présence d'un parent en prison et de la culpabilité qui s'en suit chez l'enfant est prenant. Mais c'est la qualité de l'écriture qui est le point fort de ce roman. Les phrases sont courtes, incisives. Elles nous amènent dans la tête de l'adolescente emportée par son besoin de repères et de certitudes. L'auteur nous fait partager ses doutes et ses espoirs. Et cela fonctionne.

 

"Je l'avais haï dès que j'avais appris son geste abominable. Je l'avais haï en pensant qu'il allait me séparer de ma meilleure amie, de mes copains, de ma vie tranquille d'adolescente dorlotée par une grand-mère adorée. Et bien plus haï encore parce qu'il m'interdisait l'amour. Pendant quelques tout petits instants j'avais tenté de rêver qu'il n'était qu'un faux père et notre ressemblance pure imagination."

 

Relation père fille- Hérédité- Adolescence- Culpabilité- Prison- Amour